Dimanche, octobre 6, 2013

Des Apaches à Paris !

Au cours de lectures des journaux du début du XXe siècle, je me suis régulièrement étonnée de voir mentionnés des “Apaches” à Paris. Ils se battaient dans les troquets, volaient, trucidaient ou se trucidaient entre eux… Mais que faisaient ces Peaux-Rouges à Paname ?

Les premières images rencontrées (cf. en tête de ce ce billet) - comme cette couverture du supplément illustré du Petit Journal du 20 octobre 1907, qui les qualifie de “plaie de Paris” - m’ont permis de conclure sans conteste que ces fameux Apaches étaient de drôle d’indiens ! Ou pas des indiens…

Le dictionnaire de l’Académie Française (1932-1935) nous donne la réponse :

(1) APACHE. n. m. Malfaiteur qui vit hors la loi, en révolte ouverte contre la société, ne reculant ni devant le vol, ni devant l’assassinat, par allusion à une tribu d’Indiens Peaux-Rouges, réputés pour être rusés et cruels et auxquels s’applique l’expression proverbiale : Une ruse d’apache.

Ah, on dit bien “rusé comme un sioux" pourtant, mais apparemment, il s’agit là d’indiens bien de chez nous ! Le Petit Journal, en page 2 de son supplément illustré du 23 janvier 1910, nous en donne une autre définition :

C’est le plus souvent un gamin, presque un enfant, de moins de vingt ans, que les mauvaises fréquentations, la paresse ont perverti et jeté dans le crime.

L’article propose aussi une origine à cette étrange dénomination : une phrase qu’aurait prononcée le secrétaire du commissariat de Belleville lors d’un interrogatoire. D’autres attribuent la paternité de l’expression aux éditorialistes de l’époque.

Enfin, un mystère est levé. Et sérendipité oblige, les Apaches de Belleville m’ont conduite à Casque d’Or, leur “reine” (auto-proclamée, cf. la Carte Postale Ancienne ci-dessus). Et je me suis penchée sur sa vie et sa généalogie.

Notes

  1. yvongenealogie a publié ce billet